Feel the Blues with all that Jazz
English (United Kingdom)Polish (Poland)
Home Classical Conforto Nicola Nicola Conforto - La Festa Cinese (2005)

Nicola Conforto - La Festa Cinese (2005)

User Rating: / 0
PoorBest 

Nicola Conforto - La Festa Cinese (2005)

Image could not be displayed. Check browser for compatibility.


1 Sinfonia
2 Recitative
3 Aria di Lisinga
4 Recitative
5 Aria di Silango
6 Recitative
7 Aria di Sivene
8 Recitative
9 Aria di Tangia
10 Recitative
11 Quartetto

Marta Almajano (soprano) - Lisinga
Maria Grazia Schiavo (soprano) - Sivene
Lucia Cirillo (mezzo-soprano) - Silango
Silvia Tro Santafé (mezzi-soprano) - Tangia
Europa Galante
Fabio Biondi - direction et violon

Festival de Radio France et Montpellier Languedoc Roussillon
Opéra comédie
Mardi 26 juillet 2005

 

C'est à Naples, sa ville natale, que Nicola Conforto connaît ses premiers succès en tant que compositeur d'opéras. Après s'être essayé avec bonheur au genre buffa, il se tourne vers l'opera seria avec Antigono, sur un livret de Metastasio dont la création au San Carlo en 1750 obtient un triomphe tel que sa réputation s'étend au-delà des frontières. C'est alors que le castrat Farinelli, qui était à cette époque au service du roi d'Espagne Ferdinand VI, lui commande un opéra sur un autre livret de Metastasio, Le Cinesi, que Caldara avait déjà mis en musique en 1735 (1). L'oeuvre fut représentée en 1751, le jour de la Saint Ferdinand, en l'honneur du souverain, sous le titre La Festa cinese, le librettiste ayant pour l'occasion remanié son texte. Conforto devint par la suite compositeur de la cour jusqu'en 1758, il y donna pas moins de sept opéras, presque tous sur des livrets de Metastasio.

L'action se déroule en Chine. Dans son salon richement décoré, Lisinga reçoit deux amies : Sivene et Tangia. Les trois femmes décident, pour passer le temps, de faire du théâtre, "un art qui n'est commun qu'aux pays d'Europe", sous l'oeil intéressé de Silango, le frère de Lisinga. Celle-ci prône la supériorité de la tragédie et propose un monologue d'Andromaque. Sivene préfère l'innocence d'une fable pastorale mettant en scène un berger et une bergère dans un décor bucolique. Silango en profite pour lui donner la réplique, au grand dam de Tangia qui a un faible pour lui et qui, son tour venu , vante les mérites de la comédie "qui sait montrer les travers des hommes" avant de se lancer dans un portrait moqueur du jeune homme. Soudain, Lisinga s'avise que ce jour est celui de la fête du roi d'Espagne et ne sachant lequel des trois thèmes choisir pour célébrer l'événement, tous optent finalement pour le ballet.

Ce livret offre au compositeur la possibilité d'exploiter les différentes facettes de son art en juxtaposant des scènes de styles extrêmement divers voire diamétralement opposés au sein d'une oeuvre aux proportions réduites, le tout dans la tradition de l'opéra napolitain.

Pour défendre cet ouvrage le Festival de Montpellier a réuni autour de Fabio Biondi un quatuor vocal d'une belle homogénéité : Maria Grazia Schiavo campe une Sivene délicate et sensible. Son timbre clair de soprano léger illumine la scène champêtre qu'elle chante avec Silango. On lui pardonnera volontiers un soupçon d'acidité dans le haut de la tessiture, d'autant qu'ici chaque personnage n'a qu'une scène pour faire ses preuves.

Marta Almajano est une Lisinga de grande classe dont le monologue tragique "Il barbaro m'affretta alla scelta crudel" est déclamé avec une émotion contenue et une impeccable ligne de chant.

Lucia Cirillo, qui a déjà à son répertoire des rôles tels que Idamante (Idoménée) et Isolier (Le Comte Ory), possède une voix chaude et sensuelle qui convient bien au rôle travesti de Silango, notamment quand il joue les bergers amoureux. Assurément, une interprète dont on reparlera.

Enfin, Silvia Tro Santafé prête son timbre d'airain à Tangia dont elle restitue finement le dépit amoureux puis l'ironie mordante.

Fabio Biondi dirige avec fougue et précision cet opéra miniature dont il parvient à traduire les affects variés tout en préservant son unité musicale. l'Europa galante offre de somptueuses sonorités, notamment le pupitre des cordes, d'une grande virtuosité, en particulier dans l'ensemble final qui sera bissé.

Un seul regret cependant, la brièveté du concert - une heure à peine, bis compris - laisse le public sur sa faim. On aurait souhaité une première partie avec quelques pages orchestrales ou, pourquoi pas, une autre version du livret, celle de Caldara par exemple ? ---Christian Peter, forumopera.com

 

 

An Italian operatic composer who was most active in Madrid. Conforto was a student of Fischietti and Mancini and held stations in Naples, Rome and Madrid. He acceded to the Spanish court by successfully composing music in celebration of Maria Teresia's birthday and Ferdinand VI's name day. The major body of Conforto's works were operas that played on the Iberian peninsula as well as London; texts were often bilingual (Italian and Spanish) as the parts were sung in Italian by Italians for Spanish audiences. ---allmusic.com

download (mp3 @128 kbs):

yandex mediafire ulozto gett bayfiles

 

back

 

Before downloading any file you are required to read and accept the
Terms and Conditions.

If you are an artist or agent, and would like your music removed from this site,
please e-mail us on
abuse@theblues-thatjazz.com
and we will remove them as soon as possible.


Polls
What music genre would you like to find here the most?
 
Now onsite:
  • 134 guests
Content View Hits : 111948002